choc

Revue Lizières#7 – Le choc

choc

 

Ce  nouveau numéro de la revue Lizières a été entièrement réalisé dans le cadre d’un workshop avec les étudiants en Master 1 à l’ESAD d’Amiens et à l’UTC de Compiègnes.

 

Les étudiants ont travaillé sur la notion d’“État de choc”, sous la forme d’une poétique de l’éveil proposée aux étudiants, mêlant des ateliers de danse, théâtre, son, cuisine, et philosophie.

 

 

Cette revue est donc le résultat d’un travail collectif des étudiants, accompagné par :

Gwennaëlle Roulleau pour la création sonore, Martine Schwebel pour l’approche de la poétique de William Blake, Kitsou Dubois pour le travail du corps et l’inscription dans l’espace, Ramuntcho Matta pour l’éveil au sensible et à nos palettes perceptives, Thierry Pocquet pour le théâtre et le mise en scène, Tiphaine Moindrot sur l’alimentation, et Noémie Hosoï dans un débat autour de la notion de “choc”.

 

 

Ont contribué à ce numéro :

Marianne Poinsot, Maya Brahimi, Thomas Voindrot, Gwennaëlle Roulleau, Auriana Beltrand, Denise Vieira, Martine Schwebel, Louise Chabot, Nicolas Rollinger, Théo Legoff, David Bartolo, Aurélien Delval, Zi Ling Xu, Olivier Martinez, Tiphaine Moindrot, Mathieu Braye, Orane Hosten, Sarah Hévin, Théo Delalande, Ramuntcho Matta, Kitsou Dubois, Noémie Niddam.

 

 

UTC_logo logo_esad-800x290

 

 

 

 

 

 

Penser l'Education Autrement

Lézards Pour L’Ecole : Penser l’éducation autrement

Une initiative de l’Association des Amis de LIZIERES.

Une réflexion autour du thème de l’école et comment l’art peut susciter et égayer l’apprentissage des diverses disciplines enseignées à l’école. Plusieurs artistes issus de différentes disciplines ont été invités à intervenir à partir d’expositions, installations et performances. Ils approfondissent et développent dans cette publication leur projet au sein de cet événement tout en dévoilant les lisières possibles entre leur art et l’école, l’apprentissage et la transmission.

Directeur de publication : Ramuntcho Matta

Rédacteur en chef : Nadia Solano

Penser l'Education Autrement

 

cecicelapellaton

Film – Ceci et Cela – Michel Pellaton

“Ceci et Cela”, film d’artiste réalisé par Michel Pellaton, dans le cadre de sa résidence à LIZIERES soutenue par la DRAC de Picardie, 5 au 23 août 2013

 

 

La démarche artistique de Michel Pellaton

 

“J’écris sur le monde avec des images.

L’iconographie est au centre de ma démarche. A voir mes collages, tout est un choix réfléchi. La forme du jeu combinatoire des multiples parties rapportées rencontre la recherche de possibilités d’un monde qui n’est pas résigné. Pour se faire, la forme est considérée comme un moyen; c’est le contenu qui est privilégié. Je considère le collage comme une méthode permettant de saisir le monde dans le temps; les contenus proviennent autant d’images ou d’objets d’hier que d’aujourd’hui, d’ici que d’ailleurs. Ces choix opèrent ainsi une performativité qui permet, aux spectateurs, acteurs,  collectionneurs et moi-même, d’aller et de venir, d’entrer par un signe ici ou par une matière là, pour partager nos propres moyens avec ceux proposés dans l’œuvre.

Les collages sont souvent de petite taille pour mettre en évidence notre rapport de l’égo avec l’infini. Ce sont en quelque sorte des « cartes d’identités » fragmentaires, qui tentent de composer et synthétiser du sens dans le mouvement. Je désire qu’ils soient vivants, ludiques et encore plus. Colorés et esthétiques, ils sont faits de matériaux parfois pauvres mais mis en évidence avec précaution. ”

 

 

La résidence à LIZIERES : réalisation du projet « Ceci et Cela »

 

Michel Pellaton décide de profiter de sa résidence à LIZIERES, et des ressources logistiques, techniques et humaines mises à sa disposition, pour développer un projet vidéo, une première dans son parcours artistique.

Le point de départ de la vidéo est celui de la série des origamis monétaires, billets de banque pliés formant des micro-architectures replacées dans des situations urbaines contemporaines.

Michel Pellaton construit, à partir de ces billets de banque, « objets légers et imposants », des grattes-ciels en 3 dimensions, à l’image des constructions d’enfants faites de cubes. Il les place au centre d’un jardin zen, conçu à partir de sable de silice blanc ramené d’une carrière de l’Aisne. Ces tours sont détruites à la fin de la vidéo par une tempête de sable.

« J’ai pensé à une tempête de billets de banque en référence à un de mes derniers origamis : Grains de sable, qui reprenait  une formidable tempête de sable envahissant Doha en 2009. Catastrophe naturelle ou remise en cause de la valeur de l’argent ? »

Des images de Kaboul sont projetées en début et fin de la vidéo en arrière plan, en confrontation avec le calme du jardin zen.

 

“Ceci et Cela”, film d’artiste réalisé par Michel Pellaton, dans le cadre de sa résidence à LIZIERES from sometimeStudio on Vimeo.

 

Remerciements : Ramuntcho Matta, Pierre Lanneluc, Simona Lanzoni, Véronique Tessier, Valéry Faidherbe, Donald Abad, Dominique Brisson.

 

Biographie:

 

Né en 1965 à Lausanne, Michel Pellaton a étudié à l’Ecole Régionale des Beaux-Arts de Besançon et à L’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Nîmes. Il vit actuellement à Rome. Ses œuvres sont exposées principalement en France, en Italie et en Suisse. 

Lors de séjours en Afrique de l’Ouest (Maroc, Mauritanie, Mali), en Asie (Inde, Pakistan, Afghanistan, Népal, Ouzbékistan) et dans les Caraïbes, il glane des objets usuels et des images qu’il incorpore dans ses collages, sa pratique de prédilection depuis plus de vingt ans.

De plus, il réalise des dessins pour des fondations humanitaires et organisations non gouvernementales.

Depuis 2000, il travaille sur l’iconographie des billets de banque, et collabore avec l’Université de Lausanne et la Banque Nationale Suisse.  

 

Mise en page 1

Revue – LIZIERES #3 – Various artists

Une initiative de l’Association des Amis de LIZIERES.

Chaque numéro est conçu par une personnalité invitée; pour le #3: la commissaire d’expositions Julie Borgeaud

Ce numéro 3 est le premier d’une série consacrée aux “vacances de l’esprit”.

Il regroupe textes de Julie Borgeaud et images d’oeuvres de Louis Soutter, Michel Pellaton et Ray Johnson.

Préfacé par Ramuntcho Matta

Mis en page par Philippe Ducat

 

Dans le numéro 1 de la revue “passeport“ des Vacances de l’esprit, trois artistes “passeurs“ Ray Johnson, Louis Soutter et Michel Pellaton, présentant des modes de création différents, mais des visées communes, et tout particulièrement celles de nous faire expérimenter au quotidien « des hypothèses, réels supports à nous offrir du temps » (Ramuntcho Matta).

Ainsi, Ray Johnson, à travers ses performances épistolaires et ses collages, nous invite à faire résonner autrement la vacuité de l’esprit qui sévit dans le monde contemporain, notamment en faisant jouer la polysémie des images et celles de la polyphonie des mots usuels, telles deux boîtes de Pandore qui déverseraient sans cesse des fleuves de sens caché.

A travers ses collages d’objets et d’images glanées lors de ses pérégrinations, Michel Pellaton nous amène à apprendre une langue simple et sans cesse enrichie des complexités humaines.

Louis Soutter, quant à lui, nous imprègne de son empreinte du temps, qui se déploie au fil de sa cinquantaine de cahiers d’écoliers, dont il recouvre les pages, de dessins et de notes, jours après nuits, pendant près de sept ans.

D’interprétations libres, leurs œuvres nous permettent de penser, ne serait-ce qu’un instant,  en quelque sorte « en dehors de tout droit de douane » (Aby Warburg).

Julie Borgeaud

Mise en page 1
lizieres2alu_revue

Revue – LIZIERES #2 – Various artists

Une initiative de l’Association des Amis de LIZIERES.

Chaque numéro est conçu par un designer invité; pour le #2: Philippe Ducat.

 

Avec les contributions, pour ce second numéro, de :
Philippe Ducat / Ramuntcho Matta

lizieres2couv_revue

 

De même que le Free Jazz est à la lisière du jazz, la musique contemporaine est à la lisière de la musique classique – les lisières étant des zones fertiles où se ressourcer, reprendre force, comme une Alice au pays des Curiosités.  RAMUNTCHO MATTA

lizieres_Revue_01_ALU

Revue – LIZIERES #1 – Various artists

Une initiative de l’Association des Amis de LIZIERES.

Chaque numéro est conçu par un designer invité; pour le #1: Véronique Tessier.

 

Avec les contributions, pour ce premier numéro, de :
Félicia Atkinson / Faycal Baghriche / Léo Benjamin / Ella Berg / Bruno Egger Mazzoleni / Marie-Laure de Cazotte / Pablo Cueco / Jean-Pierre Denain / Philippe Ducat / Frédéric Dutertre / Judith Egger / Srédérique Fantune / Harry Gruyaert / Milomir Kovacevic / Pierre Lanneluc / Emilie Le Gulvout / Valérie Le Huche / Ramuntcho Matta / Marie Mauzé / Paolo Mazzoleni / Anne de Monicault / Kazuya Nagaya / Khoa NGuyen / Richard Nonas / César Restrepo / Eko Sato / Lucia Schreyer / Pedro Serra / Simon Spang-Hanssen / Atsushi Takenouchi / Véronique Tessier / Sara Tritz

 

 

LIZIERES n’est pas seulement la promenade d’un territoire mental. C’est bien plus, car le projet de Ramuntcho Matta voit enfin le jour, dans un vaste domaine entouré d’un parc, à quelques enjambées de Paris, en plein pays picard. Nous vivons une époque de mutations fondamentales où partager et se rassembler devient improbable. Et il nous a semblé que protéger de libres aventures individuelles, susciter des vocations, des éveils, des curiosités, faciliter des reconstuctions, offrir un espace commun ouvert à tous, de promenades familiales ou amicales, de déambulations, de découvertes des artistes et de leurs oeuvres, de trajectoires inattendues, de tissage d’amitié, de gymnastiques de l’esprit ou du corps, était chose précieuse.

LIZIERES veut donc se faire l’écho, dans ce premier numéro comme sur le terrain, des débats, des actions, des créations, des réflexions et des divertissements en une « respiration exacte », comme l’écrivait Le Corbusier.

Centre de Cultures et de Ressources évolutif, laboratoire expérimental, vivier de réflexion entre les arts, les philosophies, les sciences et les pratiques physiques, au-delà des frontières, des genres et des catégories, ce projet s’articule autour d’une création artistique protéiforme et multiplie les liaisons entre ses différents langages.

À la mutualisation des moyens et des compétences du lieu se conjugueront des œuvres choisies par un conseil des Sages, complice et rigoureux. Et de ces singularités particulières vont naître des complémentarités et des passerelles, des lisières imperceptibles entre le corps et les arts, le rêve et la réalité. Si la lisière est
en toutes choses, hybride entre deux possibles possible, en devenir mouvant et inconstant et livrée au hasard, elle aussi est source inépuisable de miracles.

« L’art n’a que faire des lisières, des menottes, des ballons, il nous dit va ! et nous lâche dans ce grand jardin de poésie où il n’y a pas de fruits défendus », écrivait Théophile Gautier en 1850.

C’est de cet empêchement à être, vers la nécessité à mieux être que nous voulons glisser, travailler, sur cette zone ouverte et fertile, à la lisière des disciplines,
du plaisir et de l’effort, dans ce grand jardin reconstruit.
Certaines ruines tendent vers le bas quand d’autres ont une nouvelle chance.

Longue vie à LIZIERES !

 

 

Remerciements à tous les participants et Bruno Egger Mazzololeni architectes associés, Anne Barrault, Céline Bodin, Jean-François Masson, Eko Sato, Pedro Serra